Les filles soumises seront épousés.

Les longues bouches wuit WUIIIT WUIIIIIT

 « Kmer c’est comment, ça va dans le terre ? voilà.  C’est le warman du terre à terre, l’enfant du marécage qui vient du sous-sol »  dixit YEGWE fidèle aka le WARMAN

Présent uniquement sur le web social Facebook depuis près de 5 ans, il a réussi le pari de s’imposer dans le milieu camerounais comme étant l’un des plus grands influenceurs web si ce n’est le plus grand à travers sa vision, son message et surtout à travers son style de communication unique, atypique et propre à lui. D’origine camerounaise, ce passionné de sa culture, de son pays et aussi par moment de musique old school a réussi l’incroyable tour de force de faire presque l’unanimité dans la sphère sociale camerounaise tant au pays que dans la diaspora (y compris parmi ses plus grands pourfendeurs) ceci grâce à la grandeur, la noblesse et la portée de ses combats. Ce qui, croyez-moi n’est pas une mince affaire. Allant de la valorisation de sa culture en passant par la conscientisation de la masse (followeurs et autres) et en chutant sur la dénonciation des maux de sa diaspora, le WARMAN est semblable à un soldat engagé sur le front et combattant contre tout ce qui peut nuire sa communauté à savoir la communauté camerounaise. Etant principalement établi dans le champ social, le WARMAN organise très régulièrement des cotisations afin d’apporter sa pierre à l’édifice en aidant ceux qui sont dans le besoin. Parmi les multiples causes dans lesquelles se fondent son action, nous pouvons citer ici : l’aide pour les victimes de la crise anglophone (déplacés internes et refugies de l’extérieur), l’aide aux victimes de la catastrophe de ngouache, de celle d’eseka … . Ne se limitant pas seulement à ça, il œuvre aussi dans le caritatif en faisant des dons aux orphelinats, en aidant des désœuvrés et des laissés pour compte. Il est aussi administrateur d’une page Facebook qui s’intitule « WarMan Du Terre à Terre » qui se veut un point de rassemblement pour tout le monde dans le but ultime de conscientiser la masse mais en se divertissant. Elle compte à ce jour plus de 150k abonnés à ce jour. Avec des thématiques de tout genre telles que des témoignages de diverses natures, des campagnes de sensibilisation, des challenges organises çà et là et j’en passe le WARMAN est devenu au fil des ans le numéro un dans la diaspora et sa page un véritable carrefour ou se mêlent des personnes de tout âge, tout sexe, et de toutes origines confondues.
Fort de cet engouement, celui-ci a toujours tenu à baliser le chemin afin de recadrer ses followeurs. Parmi celles-ci, l’on peut citer : mettre un accent particulier pour influencer les jeunes dans le bon sens (le respect des ainés, fuir la facilite, travailler dur pour avoir son pain quotidien, …), encourager et valoriser les traditions, … . Malheureusement nul n’étant parfait dans ce bas monde, le WARMAN n’échappe pas non plus aux critiques de la part de ses pourfendeurs et/ou parfois de ses admirateurs.

Nul n’échappe à la critique. Nous ne le savons que trop bien et ce n’est pas le WARMAN qui pourra nous dire le contraire. En effet parfois de nature stérile comme critiquer sa façon de s’exprimer en public ou critiquer son physique, celles-ci sont pour la plupart du temps adossées sur des remarques précises et très objectives. Etre influenceur rime avec responsabilité de la communauté sur laquelle on a de l’impact. Et de la bouche de ses pourfendeurs, le WARMAN fait parfois montre d’irresponsabilité. Pour illustrer ce propos, nous pouvons par exemple prendre la nature ‘‘pas très catholiques’’ de certains sujets débattus librement sur sa page sous sa haute bénédiction. Ceci pose problème quand on sait que toutes les couches de la société y sont représentées principalement ici les jeunes. Si d’aucuns en appellent a plus de responsabilité de sa part, d’autres par contre critiquent son caractère trop intransigeant sur ce qu’il appelle les « les fondamentaux » et qui pour lui ne doivent en aucun cas être violés. Nous pouvons citer entre autre ici : de la valorisation des cultures traditionnelles camerounaises, du caractère sacre de la famille, … etc. En effet, il est formellement interdit de faire la promotion d’une autre religion (christianisme, islamisme, nouvelles églises, …) ou d’afficher sa position contre l’idée maitresse de la famille et donc du mariage sous peine de bannissement. Si pour certains il fait comme il veut de sa page puisque c’est la sienne pour d’autres en revanche, il est un « dictateur ». D’ailleurs pour ceux-là qui le qualifient ainsi, il leur répond que : ‘‘celui qui n’est pas content aille se plaindre a L’ONU ou quitte sur la page’’. En plus de tout ce qui vient d’être citer plus haut, nous pouvons aussi ajouter ici que bon nombre de personnes présentent sur sa page s’efforcent de plus en plus ne prendre que le côté mauvais ou pas très bon de ce qui y est présenté sur la page pour s’en inspirer. Ce qui est une raison d’accentuer un peu plus le point sur la responsabilité qui est sienne des contenus circulant sur sa page.

WILL KOUAM